Commerces ? Oui. Transports ? Oui. Lieux de culte ? Oui. Lieux de culture ? Non.
Alors qu’un travail considérable a été accompli en vue de la réouverture, le secteur culturel est une fois de plus contraint à l’arrêt, comme l’a annoncé Jean Castex jeudi 10 décembre. Le 7 janvier prochain, la situation sera réévaluée en fonction de l’évolution de l’épidémie. De plus en plus pesante, l’incertitude est à l’ordre du jour, d’autant plus inquiétante que malgré le couvre-feu, on peut craindre un rebond suite aux fêtes de fin d’année.

Rappelons haut et fort qu'au théâtre les gens sont masqués, assis, immobiles, muets. Que l'arrivée et la sortie des spectateurs sont strictement encadrées. Que les équipes artistiques et administratives font preuve d'une extrême prudence. Pourquoi alors priver artistes et spectateurs de culture ? Pourquoi sacrifier la culture, qui semble en l’espèce reléguée à une variable d’ajustement, alors même que l’épidémie pèse sur la santé mentale de tous et qu’une sortie culturelle peut constituer un moment bienvenu ? N’est-il pas essentiel de s’extraire des routines aliénantes ?

Pourquoi sacrifier la culture

L'équilibre entre contraintes imposées et responsabilités individuelles est une équation certes difficile, mais les théâtres n’ont pas à en faire les frais. Il est frappant de constater parfois l’oubli des règles malgré le danger sanitaire. Dans certains grands magasins et grandes surfaces, la supposée contrainte des 8 mètres carrés par personne est inexistante. Or, dans les théâtres, la circulation des personnes est sous contrôle : à l’inverse des foyers familiaux, les théâtres n’ont pas été repérés comme lieux de contamination.

Cette mise à l’arrêt du secteur culturel est incohérente.

Les lieux de culte ne sont pas plus sécurisés que les lieux culturels. Les acteurs culturels seraient-ils moins responsables que les acteurs religieux ? À moins qu’ils ne soient tout simplement moins enclins à d’intempestives manifestations sur les parvis, occupés qu’ils sont à réorganiser les protocoles et les programmations…

Cette mise à l’arrêt du secteur culturel est incohérente. Mobilisons-nous pour défendre la réouverture, y compris dans des horaires inhabituels. Le monde de la culture sait s’adapter et être imaginatif.

https://www.journal-laterrasse.fr/




Newsletter

En vous inscrivant à notre newsletter, vous acceptez de recevoir toute l'actualité du Théâtre par email.

Vous avez la possibilité de vous désabonner à n'importe quel moment.

Entrée non valide

Entrée non valide

­