Elodie Frégé / André Manoukian

07 Octobre 2017 20:30
Catégories : Festival Jacques Brel

SAMEDI 7 OCTOBRE A 20H30

« Mame kissed a buyer from out of town
That kiss burned Chicago down
So you can put the blame on Mame, boys ».
(Allan Roberts / Doris Fisher)

Mademoiselle Frégé n’est pas de ces starlettes au brin de voix charmant qui, parce qu’elles ont gagné un concours populaire, se laissent rhabiller par les gens du métier de fringues et de chansons qui sentent le prêt-à-porter.

Elodie ne met que du sur-mesure. Ses chansons, elle les choisit ou les écrit.

Pas de minauderie ni de fausse pudeur, elle ne mâche pas ses mots, encore moins ses idées.

Sous-entendus grivois suivis d’aveux touchants, il y a du Gainsbourg dans ses textes.

Et pour couronner le tout, voilà qu’elle chante formidablement bien sur scène.

Monsieur Manoukian, compositeur-arrangeur-découvreur de talents, talentueux ô combien lui-même et pianiste fantastique ne se présente pas.

De ses études de musique aux Etats-Unis, il a rapporté ce goût des immortelles mélodies sur des rythmes jazzy. Il connaît les standards sur le bout des doigts.

Sa culture l’a fait remarquer de la France entière quand il citait Schopenhauer pour dissuader un concurrent de continuer à massacrer un hit.

Il a choisi d’accompagner Frégé, avec l’humilité d’un pianiste de bar dont l’instrument lui permet de flotter sur un océan de blues.

Elle chante des Torch Songs, chansons incandescentes, comme ces bombes incendiaires hollywoodiennes, façon Jessica Rabbit, avec une sensualité à damner tous les saints.

Les deux artistes jouent une comédie. L’une profite de son ascendant sur l’autre, amoureux transi, pour qu’il la seconde.

Et nous, nous avons droit à un concert novateur et enthousiasmant qui laissera dans nos mémoires comme un parfum de Blue Gardenia.

Tarif Bonbon

Chant
Élodie Frégé
Piano
André Manoukian

En accord avec
Enzoproductions

 

­